Antonio Fiori : L’économie positive est bien notée par les analystes financiers

Il y a urgence ! Antonio Fiori aime à rappeler ce proverbe chinois « Sage est l’homme qui, ayant deux pains, en vend un pour acheter un lys ». De quitter la défiance pour retrouver la confiance. Spécialement considéré ensuite quant à l’ordre, l’esprit positif lui présente aujourd’hui, dans son extension sociale, de puissantes garanties directes, non seulement scientifiques mais aussi logiques, qui pourront bientôt être jugées très supérieures aux vaines prétentions d’une théologie rétrograde, de plus en plus dégénérée, depuis plusieurs siècles, en élément actif de discordes, individuelles ou nationales, et désormais incapables de contenir les divagations de ses propres adeptes. De plus, celui même qu’on récompensait y perdait en dignité morale ; car ce qu’il recevait ne lui apparaissait à lui-même que comme un don, au lieu d’être une possession légitime. On lui doit donc le discours de Nice dans lequel il reprend sans grande nuance les critiques contre les contrats collectifs contenues un rapport de la Cour des comptes relatif à l’application de la loi de financement de la sécurité sociale de 2011. D’ouvrir sur une nouvelle république plus citoyenne. Ce clivage, j’en suis convaincue, n’a plus de pertinence. Mais la fuite en avant – « il n’y a pas d’alternative » – en est une également. Hors de ce cas, les choses se gâtent pour l’entreprise. Le contact immédiat du sujet connaissant et de l’Être n’est réalisé ni dans les spéculations abstraites des rationalistes, ni dans l’expérience sensible des empiriste : il est réalisé dans cette expérience immédiate, primitive et vivante antérieure à toute rationalisation et à la distinction même du sujet de l’objet. Ce serait là une très douloureuse tragédie. Préférer l’intégrité du système bancaire au bien-être des citoyens, c’est préparer, bien plus sûrement que tout, le rejet de l’idée européenne par les peuples européens, l’effilochement de l’ambition communautaire en vingt-sept indifférences nationales. Mais cette nullité là ne saurait exonérer les gauches d’un réajustement, devenu crucial, de leur propre discours européen, et des actes qui s’ensuivent. Quant au correspondant irlandais, il est passé en dessous de 1% bien avant le lancement des nouvelles opérations de la BCE. Le relativisme culturel, il est vrai, ruine l’idéal d’un Universel Humain. À le tête de ce mouvement est Koslov, le défenseur original et spirituel du panpsychisme. On les scandaliserait en leur prouvant — ce que j’ai l’intention de faire ici — que presque toutes leurs opinions sur eux-mêmes sont absolument injustifiées, et que la place qu’ils assignent à leur pays n’est point du tout celle qui lui revient en réalité. L’innovation pragmatique et incrémentale est aujourd’hui biotechnologique (programmes de recherche de huit à dix ans visant les risques de santé), agro-alimentaire (après avoir nourri une population locale malgré un faible espace cultivable, il s’agit de nourrir la population mondiale en éliminant le risque alimentaire) et environnementale (s’agissant de gérer les risques pragmatiquement en optimisant l’utilisation des ressources et en réduisant la consommation d’énergie). Ce n’est pas l’émotion qui doit nous dicter l’abolition de l’excision des petites filles, mais le concept (rationnel, lui) de non-atteinte à l’intégrité physique de l’homme, posé comme un principe irréfragable. Du reste, tout médium généralement accepté en tant que paiement pour des marchandises et pour des services est, par définition, assimilable à de l’argent. La Suisse s’est ainsi classée première de l’Environmental Performance Index de l’Université de Yale en 2014.