E reputation nettoyage : La sauvegarde dans les règles de l’art

Après sept années placées sous le signe d’une faible croissance, du chômage de masse et de l’augmentation continue de la dette publique, la zone euro est ainsi à la croisée des chemins. Doit-on en tirer quelques conclusions ? De sorte que l’obscurité du réalisme, comme celle de l’idéalisme, vient de ce qu’il oriente notre perception consciente, et les conditions de notre perception consciente, vers la connaissance pure, non vers l’action. Mais peu importe l’explication du phénomène et le nom qu’on lui donne. L’entrée en application le 1er octobre 2014 de la loi sur le financement participatif avec la création des statuts de CIP (CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS participatifs) et d’IFP (intermédiaire en financement participatif) n’intervient-elle pas déjà trop tard pour les start-up ? Ce sont seulement les méthodes d’extorsion qui l’intéressent, de temps en temps. Sous cet acronyme moqueur, on retrouvait quatre pays -le Portugal, l’Irlande, la Grèce et l’Espagne dont l’ampleur des déséquilibres budgétaires avait poussé les investisseurs à bouder leur dette publique, et de ce fait amené ces pays au bord du défaut de paiement, voire au défaut partiel pour la Grèce. Elle se continue donc à l’infini. Mais vient ensuite le transport, la rémunération des agents intermédiaires, en un mot, l’effort exigé par l’appareil de l’échange. Au lieu de damner, Dieu ne peut qu’appeler éternellement à lui ceux qui s’en sont écartés ; c’est surtout pour les coupables qu’il faudrait dire avec Michel-Ange que Dieu ouvre tout grands ses deux bras sur la croix symbolique. Il vaut mieux être placés plus haut dans l’échelle des êtres, avec le pouvoir de descendre par une dégradation volontaire, que si Dieu nous avait relégués aux derniers rangs en nous privant de la liberté. L’index « Better Life » de l’OCDE le dit pourtant sans équivoque : il n’existe nulle relation de cause à effet entre l’accès à la propriété et la qualité de vie. Les programmes d’exploration spatiale financés par les gouvernements du monde entier ont été de profondes sources d’inspiration. Ne sent-on pas ici l’abus de cette méthode psychologique propre au spiritualisme, qui entend tout expliquer, même l’absolu et l’infini, par l’expérience intime. Leur poids accru et leur légitimité renforcée leurs permettent de mieux dialoguer avec Parlement et Gouvernement. Cette distinction est bien évidente à l’égard des phénomènes de notre nature corporelle qui tombent sous nos sens ; et, même dans l’ordre des phénomènes intellectuels et moraux, il arrive que l’homme a le pouvoir de se poser comme objet de connaissance à lui-même ; sans quoi toute connaissance serait impossible pour les phénomènes de cet ordre. Et bien notre déficit public serait mécaniquement réduit de 1 point de PIB par rapport au scénario que retient le programme de stabilité. Dernier exemple de pathologie chronique que les objets et les services connectés de santé peuvent contribuer à mieux prévenir, suivre et soigner – tout en réduisant la facture pour notre système de santé : l’hypertension artérielle, qui touche plus de 11 millions de Français. Il faudrait, en second lieu, qu’on fût autorisé à mettre sur la même ligne toutes celles qu’on aurait rangées dans la même catégorie, et, par exemple, que toutes les lois réputées simples fussent simples au même degré. Ils devraient retrousser leurs manches et, devant leurs opinions publiques, mettre à l’ordre du jour de leurs nations respectives les alternatives qui s’offrent aujourd’hui à l’Europe. Mais on ajoutera que la représentation d’une disparition est celle d’un phéno­mène qui se produit dans l’espace ou tout au moins dans le temps, qu’elle implique encore, par conséquent, l’évocation d’une image, et qu’il s’agirait précisément ici de s’affranchir de l’imagination pour faire appel à l’entende­ment pur. On ne se lasse pas de répéter que l’homme est bien peu de chose sur la terre, et la terre dans l’univers. Mais à mesure que la réaction devient plus incertaine, qu’elle laisse plus de place à l’hésitation, à mesure aussi s’accroît la distance à laquelle se fait sentir sur l’animal l’action de l’objet qui l’intéresse. Ils ont déjà beaucoup de peine à conserver ce qu’ils ont de force ; ils sont exposés sans cesse à voir leurs fonctions empêchées de s’exercer ; c’est pourquoi ils trouvent surtout leur bien à éviter la souffrance, et ils doivent se résigner à un bonheur purement négatif dont la jeunesse ne saurait s’accommoder. Il passa pour ainsi dire de la méthode d’autorité à la méthode à priori, telle qu’elle est décrite dans notre première partie. Les infamies qui furent mises au jour n’ont surpris personne parmi les gens qui ont gardé la faculté d’observer et qui savent réfléchir ; ces gens-là sont même convaincus que les crimes exposés jusqu’ici sont, relativement, de fort petite taille et qu’ils ne doivent être considérés que comme des indications — comme l’avant-garde, ou plutôt la pointe d’avant-garde, d’une entière armée de scandales. E reputation nettoyage aime à rappeler cette maxime de Jean-Paul Sartre, »Les gens, ils trouvent que le monde est bien comme il est, tout juste comme il est et chacun d’eux, provisoirement, puise le sens de sa vie dans celle de l’autre ». La politique économique, aujourd’hui en France, revient à tenter de traiter des sous-subtilités, à essayer de réduire quelques rentes, et à gérer le moins mal possible la répartition de ressources qui deviennent rares. Le revenu du capital est le revenu d’une indispensable épargne productiveSi le mot capital a mauvaise presse, celui « d’épargne » est positif. Entre les animaux et lui, il n’y a plus une différence de degré, mais de nature. Elle doit revendiquer une base industrielle puissante, créative et modernisée. De fait, le débat sur les causes de la crise, entre l’irresponsabilité des financiers ou le niveau de surendettement atteint par tous les acteurs économiques, des États au consommateur final, a été vite tranché. Disons de la sensibilité ce que nous avons dit de la mémoire. D’autres veulent faire de l’impôt un instrument de justice sociale au service de la redistribution des richesses, au risque de faire fuir les capitaux, mais aussi et surtout de provoquer encore un peu plus la colère des administrés. Ces lois ne peuvent qu’être funestes au développement et à la distribution des richesses. La France, qui eut déjà une Terreur rouge et une Terreur blanche, aurait demain une Terreur tricolore — s’ils osaient.