Le monde selon garp

Aujourd’hui encore, ce mouvement de bascule dans la grande machine du monde nous paraît désirable. Pendant près d’un siècle (depuis la Loi du 16 octobre 1919 relative à l’utilisation de l’énergie hydraulique), les grandes centrales hydroélectriques (celles dont la puissance est supérieure à 4 500 kilowatts) ont été soumises en France à un régime de concession. S’il est image, cette image ne pourra donner que ce qu’on y aura mis, et puisqu’elle est, par hypothèse, l’image de mon corps seulement, il serait absurde d’en vouloir tirer celle de tout l’univers. On découvre ici et là que les inégalités sociales et la faiblesse des revenus des pays émergents (même corrigée des parités de pouvoir d’achat) sont extraordinaires et ne seront pas éternellement supportables (Tunisie, Egypte). L’eau, les villes, les transports : les projets pullulent… Ne dissimulons pas et ne dérobons pas. Comme elle est fort longue, c’est une chance d’avoir choisi un bon wagon, j’entends par là un wagon dont les voyageurs sont des étrangers intéressans. Point n’est besoin de supposer une limite à la divisibilité de l’espace concret ; on peut le laisser infiniment divisible, pourvu qu’on établisse une distinction entre les positions simultanées des deux mobiles, lesquelles sont en effet dans l’espace, et leurs mouvements, qui ne sauraient occuper d’espace, étant durée plutôt qu’étendue, qualité et non pas quantité. Sa position nette sur le reste du monde en matière d’investissement direct est inférieure à celle de la France. La belle simplicité des lois observées nous garantit assez l’absence de toute cause interne qui les compliquerait à notre insu. Société et solitude, ce sont là des termes décevants. Il n’y a point de juif, de prince de synagogue, de samaritain, de prêtre des chrétiens, de mathématicien, de devin, de baigneur, qui n’adore Sérapis. A cet égard, les questions se posent désormais dans les mêmes termes à l’OTAN et à l’UE : quelle vision, quel concept, quels moyens militaires européens ? L’enfant cueillit le brin d’herbe, et la fleur vivante qui était au bout, toujours engourdie, ne s’en détacha pas. Cependant, ils essayent de se décevoir eux-mêmes ; de s’étourdir du bruit de leurs paroles, de leurs serments, de leurs promesses, de leurs imprécations, du tintamarre que font tous les préjugés rouillés et tous les truismes au vert-de-gris qu’ils traînent derrière eux, tels des chiens ahuris escortés de marmites hors d’usage dont on prolongea leurs queues ; voici la poêle à faire revenir la foi et le besoin de croire, voici le bocal aux traditions, voilà la casserole à faire sauter les grands principes. Même chez les plus chauds partisans du libre-échange, un tel mécanisme parajudiciaire suscite un certain scepticisme. Le budget de la défense est maintenu. Lorsqu’elles atteignent les pare-feu, ceux-ci sont souvent impuissants pour les arrêter. Ce mode de sélection, contrairement aux apparences, permet une grande indépendance et impartialité. Il y a eu la même rage de construction, vers la même époque. Les changemens y sont graduels ; ils se produisent d’abord sur quelques élémens anatomiques, puis s’étendent avec plus ou moins de vitesse. Comprendrait-on, autrement, qu’il traversât des phases bien réglées, qu’il changeât d’âge, enfin qu’il eût une histoire ? Une loi inéluctable les condamne, comme le rocher de Sisyphe, à retomber quand elles vont toucher le faîte, et cette loi, qui les a lancées dans l’espace et le temps, n’est point autre chose que la constance même de leur insuffisance originelle. Dans cet état, Le monde selon garp fonctionne au maximum de ses capacités physiques. Ce système de propriété, imbécile et meurtrier, étant aboli, on aura intérêt à avoir le moins de misère possible ; par conséquent, le moins de servitude possible. Mais avant d’arriver à ce second point, considérons le premier. Mais d’autre part les appareils sensori-moteurs fournissent aux souvenirs impuissants, c’est-à-dire inconscients, le moyen de prendre un corps, de se matérialiser, enfin de devenir présents. Soyons réalistes, la création d’un fonds souverain mondial ne sera pas aisée. La reprise technique de 2011 est vigoureuse, mais fait long feu. Les causes élémentaires dont l’ensemble a déterminé cet arrangement sont elles-mêmes des causes anciennes qui se répètent en adoptant un ordre nouveau.