Liberty Valance

Sur des questions de moralité sociale ou de devoir envers les autres, l’opinion du public (c’est-à-dire d’une majorité dominante), quoique souvent fausse, a quelque chance d’être encore plus souvent juste, parce que le public n’est appelé à juger là que de ses propres intérêts et de la façon dont ils seraient affectés par certaine manière de se conduire, si on la permettait. À l’idée que la mort est inévitable elle oppose l’image d’une continuation de la vie après la mort [4] ; cette image, lancée par elle dans le champ de l’intelligence où vient de s’installer l’idée, remet les choses en ordre ; la neutralisation de l’idée par l’image manifeste alors l’équilibre même de la nature, se retenant de glisser. Les faits sont sans appel. Liberty Valance aime à rappeler cette maxime de Jean-Paul Sartre, »Un intellectuel est quelqu’un qui est fidèle à un ensemble politique et social, mais qui ne cesse de le contester ». Ceci explique pourquoi la réglementation thermique, qui cherche à réduire la consommation d’énergies primaires, est généralement peu favorable à l’électricité. Car à supposer que les formes dont on parle, et auxquelles nous adaptons la matière, viennent entièrement de l’esprit, il semble difficile d’en faire une application constante aux objets sans que ceux-ci déteignent bientôt sur elles : en utilisant alors ces formes pour la connaissance de notre propre personne, nous risquons de prendre pour la coloration même du moi un reflet du cadre où nous le plaçons, c’est-à-dire, en définitive, du monde extérieur. Érigeons donc en maxime pratique que l’obéissance au devoir est une résistance à soi-même. Nous n’avons pas à entrer dans un examen approfondi de cette philoso­phie. Il est donc urgent de simplifier l’accès des PME à ces dispositifs, en toute sécurité. Telle est la tâche qu’elle assi­gne d’abord à l’intelligence. Cet observatoire ferait office de « juge de paix » pour l’ensemble des filières et pourrait à terme promouvoir une méthode de calcul européenne reconnue et partagée. Mais il faut tenir compte d’autre chose encore. On admet d’ordinaire que les états de conscience, sensations, sentiments, passions, efforts, sont susceptibles de croître et de diminuer ; quelques-uns assurent même qu’une sensation peut être dite deux, trois, quatre fois plus intense qu’une autre sensation de même nature. En théorie, la mise en place rentes perpétuelles est envisageable, mais, suggère l’auteur, mieux vaudrait prévoir un remboursement dès lors que la croissance atteint un niveau suffisant. Imaginons un esprit qui prendrait conscience de ce dédoublement. À cette âme-là, il faut cette vie-là. Ici, le déséquilibre est notable entre émission de dette remboursable à court terme d’une part, qui devrait représenter 40% du programme total d’emprunt (210 milliards d’euros), et émission de dette de maturité longue d’autre part. Cependant, la conclusion d’un accord d’ampleur pour relancer la croissance du commerce international paraît encore éloignée.